L’efficacité du Scapulaire

Le Scapulaire Vert fut à peine connu qu’il se répandit partout et produisit des merveilles de conversions, et souvent même des guérisons corporelles.

Le Scapulaire Vert est d’un grand secours pour notre propre conversion et/ou notre progression spirituelle et celle de notre prochain. On peut l’utiliser par exemple, pour demander sa guérison intérieure, pour se débarrasser d’une mauvaise habitude, pour demander la grâce de pardonner, etc …

Des personnes qui avaient perdu la foi ou même ne l’avaient jamais eue se sont réconciliées avec Dieu et se sont approchées des Sacrements.

Des couples mariés en difficulté se sont réconciliés.

Des personnes tentées par le suicide ont changé d’avis et ont reçu des grâces qui les ont aidé dans leurs difficultés.

Certains ont pensé à l’utiliser pour améliorer l’ambiance difficile dans leur environnement de travail et ont pu constater des changements positifs à tout point de vue.

Il y a également des témoignages de guérison physique.

Témoignages ci-dessous :

  • La conversion de l’assassin de Mgr Affre (Paris – 19ème siècle)
  • Deux guérisons miraculeuses et une conversion (Canada – années 1940)
  • Conversion d’une personne dans le coma (Japon – 20ème siècle)
  • Une guérison et trois conversions (Japon – 20ème siècle)
  • Réconciliation d’un couple marié (Hawaï – années 1990)
  • Deux exemples de conversion inespérée (USA)
  • Guérisons
  • Divers témoignages

 

  • L’un des exemples les plus connus de conversion grâce au scapulaire vert est celle de l’assassin de Mgr Affre au 19ème siècle. En voici le récit:

18482

1848. Chute de la monarchie de Juillet; le peuple de Paris se soulève; la troupe entre en action; les barricades se construisent; des fusillades éclatent. Le général Cavaignac, qui commande la troupe régulière, donne l’ordre de cesser le feu en vue de parlementer. Bien que les insurgés continuent à tirer, Mgr Affre se dirige vers la barricade du Faubourg Saint-Antoine et parvient à se glisser derrière les barricades, dans le camp des révoltés. La majorité est respectueuse et Mgr Affre est accueilli avec sympathie. Alors que le prélat s’apprête à leur adresser des paroles de paix, un coup de fusil lui répond et Mgr Affre s’écroule mortellement blessé. A un moment de stupeur succède un violent tumulte. On crie à l’assassinat. Les insurgés s’empressent autour du bon pasteur. Ils protestent de leur affliction et de leur innocence, ils veulent le venger, mais l’archevêque proteste et demande que son sang soit le dernier répandu. Il est transporté à l’archevêché et deux jours après, le 27 juin, Mgr Affre expirait.

On cherche à savoir d’où le coup est parti. Une enquête officielle est aussitôt ouverte, mais en vain. L’assassin demeure inconnu.

Transportons-nous 11 ans plus tard, en 1859 sur la paroisse Saint-Paul et Saint-Louis, quai des hommes, dans une pauvre maison où un homme est dangereusement malade et on pense qu’il ne passera pas la nuit. Le malade est tellement aigri qu’il ne veut même pas entendre parler de prêtre. A la place, on envoie une fille de la Charité, Sœur Mélanie. A sa première visite, la sœur invite délicatement à mettre sa confiance en Dieu pour le soulagement de ses souffrances et elle lui propose la médaille miraculeuse. Mais le moribond la refuse, et profère des injures ; il sort une grosse canne du dessous de ses draps et menace quiconque veut s’approcher. La sœur s’en va déconcertée et elle désespère pour sa conversion, quand une personne pense au scapulaire vert.

Dès qu’on put s’en procurer un, on le place dans le lit de l’obstiné, à son insu. La sœur aborde une nouvelle fois le moribond, lui parle du salut éternel, du ciel et de l’enfer ; mais le malade ne veut rien entendre, affirmant qu’il veut mourir tel qu’il est, sans voir de prêtre. Il termine en disant :  » si vous n’avez rien d’autre à dire, ce n’est pas nécessaire de revenir. »

Sœur Mélanie et ses compagnes sont navrées de cette obstination et des blasphèmes contre Jésus et Marie proférés par le moribond au moment de leur départ. Pour autant, elles ne se découragent pas et invoquent Marie Immaculée avec une grande confiance. A peine de retour à la maison, on vient chercher les sœurs car le malade les appelle ; sœur Mélanie s’y rend en toute hâte, craignant d’arriver trop tard.

C’est alors que le moribond fit ce récit étonnant :

« Je vais mourir, je le sens. Je ne puis paraître devant Dieu dans l’état où je suis. Je ne sais pas ce qui se passe en moi. Je désire voir un prêtre. Mais ma Sœur, je ne pourrai pas recevoir les sacrements ; je ne suis pas marié, puis ma femme est protestante. Il faut des dispenses, et l’on n’aura pas le temps de les aller chercher à l’Archevêché. » Puis il ajouta : « Je suis si coupable… ! Vous avez devant vous un assassin : c’est moi qui ai tué  Mgr Affre sur la barricade du faubourg Saint-Antoine. Je n’oserai l’avouer qu’à un seul prêtre, M. Dumas, premier vicaire à saint-Paul Saint-Louis. Allez me le chercher, ma Sœur, et dites-lui que le malade qui le fait appeler est l’homme qui lui donna la main pour l’aider à descendre de la barricade, au moment où Monseigneur fut tué, et qui le reconduisit à son domicile, l’arme à la main. Faites-lui ma confession ; il me reconnaîtra, j’en suis sûr. » Après ces aveux, la Sœur, toute émue, lui fit réciter l’invocation du scapulaire vert qu’il baisa avec respect.

Sans tarder, on alla chercher  M. Dumas, qui se rendit à l’Archevêché pour demander les dispenses nécessaires. Le malade paraissait mieux et il goûtait une paix qu’il ne connaissait pas. Le prêtre ne fut pas long à revenir avec les dispenses. Le moribond put recevoir les sacrements et fit promettre à son épouse qu’elle se ferait catholique. Quelques mois après, elle faisait son abjuration.

Quand M. Dumas vint avec la sainte Eucharistie, le malade se dressa sur son séant, l’adora profondément et fondit en larmes, demandant pardon à haute voix. Il reçut l’extrême-onction et le saint viatique avec foi et amour. Il ne cessait de pleurer, répétant : « C’est à Marie, refuge des pécheurs, que je dois ma conversion ».

Une heure après, il rendait son âme à Dieu et les Sœurs rendirent grâces de cette merveilleuse conversion obtenue par Marie, refuge des pécheurs.

Cette conversion par le scapulaire vert de l’assassin de Mgr Affre a été tirée du livre « Le scapulaire vert et ses prodiges » écrit par le père Marie-Edouard Mott et édité en 1923. Pour écrire cette histoire, l’auteur s’est servi d’une relation écrite le 30 septembre 1861 par la Sœur Dufès, fille de la Charité, alors qu’elle était supérieure de la maison de Charité de la paroisse Saint-Paul et Saint-Louis, paroisse du meurtrier. Cette relation est signée par Sœur Dufès, et après la signature, se trouve cette déclaration :

« Je soussignée, Sœur Mélanie, déclare avoir été la sœur du quartier envoyée par ma Sœur Dufès auprès du malade, et atteste la vérité de la relation ci-dessus. »

Source : https://www.traditions-monastiques.com/fr/blog/-scapulaire-vert-mgr-affre-n106

nun caring for the sick.png

  • Deux guérisons miraculeuses et une conversion

Témoignage d’un prêtre canadien écrit en 1948 :

« Permettez-moi de vous raconter l’histoire de ma découverte du Scapulaire Vert. C’est la meilleure manière pour moi de propager un amour réel et tendre envers le Cœur Immaculé de Marie et de payer ma dette envers elle. Il y a sept ans, avant l’usage de la pénicilline, j’étais alité à l’hôpital, souffrant d’une grave pneumonie. Je commençai à avoir des hémorragies et les médecins décidèrent de m’opérer en dernier recours. C’est alors qu’une petite religieuse est entrée dans ma chambre.

– Mon Père, avez-vous une grande confiance envers la Mère de Dieu, spécialement en son Cœur Immaculé? Si c’est le cas, vous pouvez être guéri.

– De quelle manière, ma Sœur?
 
– Par le Scapulaire Vert.
 
– Qu’est que c’est?
 
– Il y a quatre ans, mon Père, j’ai été opérée du cancer. Il était tellement répandu dans mon organisme qu’ils ont juste tout recousu et qu’ils m’ont renvoyé car il n’y avait plus rien à faire. C’est alors que j’ai prié Notre-Dame du Scapulaire Vert. Fatiguée d’attendre la mort, je me suis remise au travail. Je suis guérie, mon Père. Voulez-vous que je vous donne un Scapulaire?
 
– Volontiers, ma Sœur.
 
Sur ces mots, elle m’en passa un autour du cou. Une immense confiance m’envahit et l’hémorragie cessa. Deux jours plus tard, dans la salle des radiographies, on me demanda quand l’hémorragie s’était arrêtée. Ils furent très étonnés quand je leur répondis que cela faisait deux jours. « Vous avez une lésion cicatrisée depuis six mois et c’est tout ». Aujourd’hui, même les cicatrices ont disparu.
Est-ce étonnant que je parle d’une dette insolvable envers le Cœur Immaculé? Depuis lors, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour répandre cette dévotion. A ma grande joie et à mon grand étonnement, ceux à qui j’ai parlé du Scapulaire Vert sont devenus plus zélés que moi. Je n’ai jamais vu une telle foi et une telle confiance semblable à celle de ces nouveaux apôtres de Marie.
(…) Ceux qui doutaient au début sont aujourd’hui les plus fervents de cette dévotion. Ils aiment répéter la belle prière que Marie nous a appris : « Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort« . Toronto aujourd’hui ressent la chaleur de ce cœur.
Un homme qui avait refusé pendant des années de voir un prêtre, persistait catégoriquement dans cette attitude sur son lit de mort. Une personne de sa famille apporta le Scapulaire dans sa chambre, dit la prière deux fois et tout à coup, d’une façon totalement inattendue, il demanda un prêtre.

J’insiste vraiment sur le fait que ce Scapulaire est efficace particulièrement pour les conversions. Pour apporter son Fils dans les cœurs des hommes. Pour l’y faire naitre à nouveau. Bien qu’il y ait de nombreuses guérisons comme la mienne, je le répète, son plus grand désir est de faire naitre son Fils dans le berceau de votre âme. »

Source (en anglais) : http://saintscatholic.blogspot.com/2014/02/the-green-scapular.html

 

Japon

  • Conversion d’une personne dans le coma

Voici le témoignage du Père Leo Steinbach, missionnaire au Japon au cours du 20ème siècle :

« Quand j’ai découvert cette dévotion, j’ai lu une explication qui donnait l’impression qu’elle était seulement pour les chrétiens tièdes. Je pensais que je n’en aurai pas l’utilité car j’avais très peu de contacts avec des Chrétiens, qu’ils soient bons, mauvais ou indifférents. Je fréquentais principalement des Bouddhistes et des Shintoïstes que j’essayais d’amener au Christianisme. Je mis tout de même quelques scapulaires dans ma poche et décidais d’en utiliser un. Le même jour, dans un hôpital voisin, je découvris qu’une malade non-chrétienne était inconsciente depuis 10 jours. Le médecin m’expliqua qu’elle mourrait très probablement dans les trois jours sans reprendre conscience. Avec une infirmière, il me conduisit dans sa chambre. Je parlai à la malade mais elle ne donna absolument aucun signe qu’elle comprenait ce que je disais. Sur ce, je sortis un scapulaire vert de ma poche, le mis sur son front et répétai l’invocation : « Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort. » Et que se passa-t-il ? La femme reprit connaissance immédiatement, joignit les mains et très dévotement, demanda à Dieu de pardonner ses péchés. J’étais stupéfait ainsi que le médecin et l’infirmière qui n’étaient pas chrétiens. J’instruisis immédiatement la mourante des vérités de la foi et la baptisai le jour-même à sa grande joie. Elle resta parfaitement consciente pendant trois jours encore durant lesquels elle reçut très dévotement le Saint Viatique. Elle rendit l’âme en priant le Cœur Immaculé de Marie. »

Source (en anglais) : http://olrl.org/pray/greenscapular.shtml

La nouvelle de ce miracle s’est propagée rapidement. Et pendant plus de 25 ans, des dizaines de milliers de scapulaires ont été distribués dans tout le pays. En plus du Japon, bon nombre de scapulaires ont été également envoyés aux Etats-Unis, au Brésil, au Paraguay, en Corée et en Indonésie. Les lettres de remerciement mentionnent des grâces spirituelles et des guérisons miraculeuses de toutes sortes de maladie (y compris la cécité, la surdité, le cancer, la tuberculose, l’hypertension, les rhumatismes, l’arthrite, etc…). Les Catholiques tièdes et les non-Catholiques ne sont pas les derniers à recevoir ces faveurs du Ciel (d’après le témoignage du Père Leo Steinbach, décédé en 1994).

 

fuji.jpg

  • Une guérison et trois conversions

Témoignage du même missionnaire:

« Une dame de 80 ans non-chrétienne aurait aimé visiter l’église de son voisinage mais elle ne pouvait pas marcher à cause de son arthrite. Tous les hivers, ses chevilles et ses poignets étaient enflés et très douloureux. On lui donna un scapulaire vert qu’elle appliqua quotidiennement mais comme elle ne se souvenait pas de la prière, elle demanda simplement à la Mère du Christ de l’aider. En quelques jours, elle était complètement guérie. Après un bref enseignement, elle fut baptisée et assistait quotidiennement à la Messe où elle communiait toujours, et cela pendant deux ans jusqu’à sa mort. Durant ce temps, elle convertit son amie, une dame âgée qui vivait juste en face de chez elle et elle eut le bonheur d’être sa marraine. Son mari, un fervent Shintoïste, gardait aussi précieusement son scapulaire vert mais personne ne pouvait le persuader de devenir chrétien. Cependant, il changea d’avis juste trois jours avant sa mort et mourut très heureusement après avoir reçu les sacrements. »

Source (en anglais) : http://olrl.org/pray/greenscapular.shtml

 

alliances.png

  • Réconciliation d’un couple marié (Hawaï, années 1990)

« Je distribue des scapulaires verts depuis des années et j’ai personnellement été témoin de grâces singulières reçues par des personnes dans des degrés variés. Une d’entre elles est particulièrement remarquable. Elle a eu lieu à la fin des années 90 et est authentique.

Une de mes amies d’un certain âge – « Liz », qui participait régulièrement à mes réunions de prières hebdomadaires pour dire le rosaire – fut quittée soudainement par son mari après plus de 40 ans de mariage. Ce fut complètement inattendu pour elle et toutes les tentatives qu’elle fit pour se réconcilier avec son mari furent ignorées. Il alla même jusqu’à déménager dans un autre état (américain), laissant Liz à Hawaï désorientée et dans un immense chagrin … mais il lui restait encore sa foi pour la soutenir.

Quand elle se confia à moi, je lui donnai mes trois conseils habituels :

  • Prier ardemment pour la personne et avoir confiance en Dieu
  • Être un bon exemple au niveau de la foi pour cette personne : lui montrer ce que signifie être vraiment Catholique
  • Demander l’aide de la Bienheureuse Vierge Marie via le Scapulaire Vert

Et je lui offris un Scapulaire Vert qu’elle colla sur une photo de son mari qui était sur son frigo. A chaque fois qu’elle cherchait quelque chose dans le frigo, elle regardait la photo et disait l’invocation du Scapulaire Vert pour son mari : « Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort ». Liz priait assidument depuis environ trois mois quand un jour, elle fut réveillée à 3 heures du matin (!) par un coup de téléphone inattendu. C’était son mari qui l’appelait du continent. En bref, il demandait à Liz de lui pardonner et voulait revenir à la maison et faire repartir leur mariage sur de nouvelles bases. Elle donna son accord… et son mari revint une semaine après. Plus tard, en donnant son témoignage à notre groupe de prière, Liz attesta que son mari avait complètement changé et que leur mariage n’avait jamais été aussi bien que maintenant ! »

Source : témoignage en anglais lu ici : http://guadalupehousehi.blogspot.fr/2016/06/the-green-scapular-gift-from-marys.html

 

lit de mort.png

  • Deux exemples de conversion inespérée (USA)

Témoignage de Sœur Giovanni, Sœur du Cœur Immaculé de Marie (Wichita, USA). Son oncle avait quitté l’Église des années auparavant et il était en fin de vie à l’hôpital. La jeune Sœur alla le visiter dans sa chambre d’hôpital. Il était content de voir sa nièce ; il était moins content de voir une religieuse dans sa chambre. Elle ne resta qu’un petit moment mais en profita pour accrocher un scapulaire vert à son lit. Elle lui rendait visite souvent et à chaque fois, elle lui demandait s’il voulait voir un prêtre. Sa réponse était toujours pareille : un NON catégorique ! Sœur Giovanni ne se découragea pourtant pas. A chacune de ses visites, elle lui posait la même question. Un jour, à sa grande surprise, il l’accueillit faiblement mais avec un grand sourire et lui demanda de lui amener un prêtre. Il mourut en paix avec l’Église.

Source (en anglais) : http://sistersihmofwichita.org/devotion-to-the-immaculate-heart-of-mary/ihm-novena-talks/49-novena-2013-talk-6-1/file

Autre témoignage d’une personne qui partage ce qui suit sur un forum catholique américain (USA, 2016) :

J’ai suivi depuis l’année dernière les tentatives de la famille de Joseph (loin de l’Église depuis des dizaines d’années) pour qu’il retrouve la Foi dans les derniers stades de son cancer. Le Scapulaire Vert passa de sa commode à sa table de nuit pour terminer au-dessus de son lit. Pendant tout ce temps, Joseph refusa obstinément la visite d’un prêtre. Le médecin prévint qu’il ne lui restait que très peu de temps à vivre. Il ne pouvait même plus parler. Sa femme Linda posa le Scapulaire Vert sur sa poitrine et lui proposa une goutte d’eau bénite qu’il accepta. Elle appela un prêtre. Celui-ci prit la main de Joseph dans la sienne et lui demanda d’une voix forte s’il croyait en Dieu, etc… Joseph répondit OUI à tout puis il se confessa. Il faut savoir qu’il ne pouvait pas parler du tout avant l’arrivée du prêtre. Il reçut également la Sainte Communion avec sa femme et pour lui, c’était la première fois depuis 50 ans, depuis son enfance. Quand ses enfants et sa famille vinrent le voir le lendemain matin, il pouvait parler. Il est mort en état de Grâce quelques jours après, en portant le Scapulaire Vert et le Scapulaire du Mont Carmel.

Source (en anglais) : http://www.catholicforum.com/forums/showthread.php?61403-Our-Blessed-Mother-s-the-Green-Scapular

 

cierges et bougies differents.png

  • Guérisons

(USA, 2013) « Ma sœur Margaret distribue des Scapulaires Verts et tient un registre des miracles. Il y en a eu encore un la semaine dernière.

Ma très chère amie, Sooz, a découvert qu’elle avait une tumeur au cerveau. Elle allait devoir subir une très lourde opération qu’elle me décrivit avec force détails. L’horreur !! Je lui envoyai un Scapulaire Vert par la poste et je commençai immédiatement et plusieurs fois par jour à dire l’invocation. J’ajoutais à ces prières « Seigneur, s’il Te plait, fais que le médecin l’endorme, fasse l’IRM et ne trouve rien, et qu’il la réveille et la renvoie chez elle. »

C’EST EXACTEMENT CE QUI S’EST PASSE !! La tumeur était devenue toute petite par rapport à sa taille originelle et l’opération fut annulée. »

Source (en anglais) : http://centeredinchrist1.blogspot.com/2013/04/green-scapular-miracle.html

On donna un Scapulaire Vert à une femme qui avait des migraines depuis des années et avait besoin d’un inhalateur pour respirer. On demanda de prier pour sa guérison. Le lendemain, elle alla travailler sans avoir besoin de son inhalateur et sans avoir de maux de tête. La guérison fut permanente.

Une autre femme de 80 ans avait des jambes très enflées. Une amie lui rendit visite et en voyant son état, lui offrit un Scapulaire Vert et pria pour elle. Elle resta coucher chez elle. Le lendemain matin, quand la dame de 80 ans sortit de son lit, ses jambes enflées étaient normales.

Un homme qui avait été opéré du dos cinq ans auparavant, était affligé à nouveau du même problème mais à un endroit différent du dos. Il souffrait beaucoup et le médecin lui dit qu’il devait être opéré à nouveau. Entre-temps, il devait supporter la douleur jusqu’à l’opération. Celle-ci persista pendant six semaines en attendant l’opération. Pendant ce temps, sa femme suggéra d’aller en pèlerinage pour sa guérison au sanctuaire de Maria Stein dans l’Ohio. Là-bas, elle découvrit le scapulaire vert. Il commença à en porter un et après quelques jours, la douleur le quitta tout d’un coup. Une semaine avant de se faire opérer, la douleur avait totalement disparu et le médecin lui confirma qu’il n’y avait plus besoin d’une opération, il était totalement remis. Il pouvait maintenant faire du golf et de la marche, ce qui était totalement impensable auparavant.

Source (en anglais) : https://books.google.fr/books?id=XPNQVvRUm28C&pg=PA279&lpg=PA279&dq=green+scapular+healing&source=bl&ots=Qf67nQnPER&sig=GGin32c825Ur8qHh3CK3MxW-Ioo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiQm4SLkbjbAhVG1xQKHcufBXQ4FBDoAQhAMAQ#v=onepage&q=green%20scapular%20healing&f=false

Patti Christopher (Wilmington, Delaware, USA) est une infirmière à la retraite. Il y a bien longtemps quand son fils en bas âge était à l’hôpital dans un état critique la nuit après l’intervention chirurgicale qui lui avait sauvé la vie, elle attacha un scapulaire vert sur son petit lit. Elle raconte : « Le lendemain matin, les médecins avaient du mal à croire qu’il allait aussi bien. Deux jours plus tard, alors qu’il avait quitté les soins intensifs, j’ai réalisé que j’avais laissé le scapulaire vert sur son lit. Quand j’allai le récupérer, on m’a raconté qu’une petite fille était arrivée avec un mauvais pronostic et le lendemain matin, elle s’était assise sur son lit. Ils m’ont demandé : « Est-ce qu’on peut le garder ? » et j’ai répondu : « Bien sûr que oui ». »

Source (en anglais) : http://www.trentonmonitor.com/main.asp?SectionID=7&SubSectionID=50&ArticleID=16564

 

English.jpg

  • Divers témoignages

(USA – 2017) « J’ai donné à ma grand-mère (non-catholique) un scapulaire vert quand elle a été diagnostiquée avec un cancer de stade 4 il y a 6 ans. J’ai dit les prières à sa place. Elle a accroché le scapulaire sur l’abat-jour près du canapé sur lequel elle avait l’habitude de s’étendre. Peu de temps après, elle bénéficia d’une rémission qui dura 6 ans (alors que les médecins ne lui donnaient que 4-6 mois à vivre). Elle tomba gravement malade il y a quelques semaines et on la renvoya chez elle. Quelques jours plus tard, j’allai lui rendre visite et elle accepta que je la baptise en urgence. Elle mourut dans la nuit. »

Source (en anglais) : https://www.suscipedomine.com/forum/index.php?topic=17763.0

 

« J’ai donné à mon frère un scapulaire vert bénit alors qu’il était en train de mourir du cancer à l’hôpital et je lui ai dit : « Porte-le car c’est très puissant ». Il le fit donc et je lui ai alors demandé s’il voulait bien recevoir les derniers sacrements. Il refusa car il s’était éloigné de l’Église depuis la fin de son adolescence et il avait maintenant 58 ans. Il ajouta que ce n’était pas son truc et qu’il était content que j’ai trouvé ma religion mais qu’elle n’était pas pour lui. Donc j’ai juste continué à prier les Mystères Douloureux pour lui ainsi que les prières pour les agonisants à la fin de mon missel. Deux jours plus tard, avec mon mari, je lui demandai à nouveau s’il voulait recevoir les derniers sacrements et cette fois, il accepta. Un prêtre vint les lui donner le jour-même. Le lendemain, un autre prêtre vint prier avec nous à l’hôpital. Il mourut quelques jours après. »

Source (en anglais) : https://www.suscipedomine.com/forum/index.php?topic=17763.0

 

(USA – 2016) J’ai donné un Scapulaire Vert à mon frère qui était en train de mourir à l’hôpital. Au début, il ne voulait pas voir de prêtre car il avait quitté l’Église depuis si longtemps, depuis environ 40 ans. Mais en lui donnant le scapulaire, je lui ai dit : « Prend-le, c’est pour ta protection spirituelle ». Et il l’a accepté! Et le lendemain, il était disposé à ce qu’un prêtre vienne lui donner les derniers sacrements. Ce soir-là, je suis allée au restaurant avec mon mari et un ami. Nous avons trouvé ce restaurant par hasard car celui qu’on avait prévu était fermé le lundi. Mais il se trouve que ce restaurant s’appelait « Gracias Madre! » (« Merci Mère » en espagnol). Et en effet, quand nous avons pris l’avion pour San Francisco pour aller au chevet de mon frère, je me demandais  : Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire  pour qu’il accepte de voir un prêtre et qu’il meure avec les sacrements. Et en fait, il s’est trouvé que je n’ai presque rien eu à dire, j’ai juste laissé notre Sainte Mère intercéder pour lui.

Source (en anglais) : http://veilnation.blogspot.com/2016/02/gracias-madre.html

 

(USA – 2014) Mon grand-père est décédé en janvier après un cancer foudroyant. Cela faisait longtemps qu’il n’allait plus à la Messe et qu’il ne se confessait plus. Il ne tenait pas à voir un prêtre avant sa mort. J’avais mis une Médaille Miraculeuse sous son oreiller et quand il est parti à l’hôpital, quelqu’un a mis la Médaille et un Scapulaire vert dans sa main. Alors qu’il était presque inconscient à cause de son cancer plus un blocage des intestins plus une insuffisance rénale plus un fort dosage de morphine, il serra très fort la Médaille et le Scapulaire et ne les lâcha plus pendant cinq jours. C’était incroyable de le voir s’agripper à ces symboles de Notre-Dame malgré son état affaibli. On ne put les lui reprendre qu’après sa mort. Il a reçu l’Extrême Onction avant de mourir et on a dit le Chapelet dans sa chambre tous les jours jusqu’à sa mort.

Source (en anglais) : https://catholictruthblog.com/2014/11/27/27th-november-the-miraculous-medal/

 

On peut utiliser le scapulaire pour la guérison ou pour d’autres intentions. Par exemple, j’en ai donné un à mon frère qui n’arrivait pas à avoir d’enfant avec sa femme. Et ce depuis plusieurs années. Et en très peu de temps, après avoir mis le scapulaire vert sous leur oreiller, sa femme est tombée enceinte.(…) Un point très important est d’avoir une grande confiance en Marie.(…) Je suis âgé et une de mes consolations est que je porte toujours le scapulaire vert sur moi et que je dis la prière de nombreuses fois par jour, car j’ai confiance dans sa promesse de procurer une bonne mort à ceux qui l’utiliseront.

Source (en anglais) : https://forums.catholic.com/t/yet-another-green-scapular-question/413211/6